BHEMA DEGAGE

Publié le par yoora

 

 

Avant le 14 Janvier, on comprend tout mais on se tait. Après le 14 Janvier, on ne comprend rien mais on parle quand même.

 

Voilà une phrase qui résume bien la situation actuelle des tunisiens ces jours-ci.

Avant la chute du régime ZABA, tout le monde était presque réuni autour d’une seule idée : Se débarrasser du régime du dictateur ZABA. Ce qui veut dire à ce temps là, déraciner Ben Ali, le clan Trabelsi (sa femme et toute sa famille) et ses alliés (le RCD)

Aujourd’hui, ZABA, n’est plus ici, ni sa femme et on a entendu parler à travers les médias que quelques membres de sa famille Trabelsi ont été arrêtés sans que rien n’est prouvé, ne de charges à leur encontre ont été prononcés, mais on manifeste quand même et on discute dans touts les sens.

Depuis 3 jours des centaines des jeunes issus des milieux « marginaux » et « ignorés » (c’est ce qu’ils prétendent ces manifestants) sont arrivés à la Kasbah où ils campent depuis déjà 3 nuits sous les fenêtres de Ghanouchi demandant la démission du gouvernement mis en place.

On prétend que le gouvernement actuel ne reflète pas la volonté du peuple, n’est pas à la hauteur de ses ambitions et ne fait que refléter le système gouvernemental de ZABA sans ZABA.

Ah, sachant que ces gens ne présentent pas de « remplaçant » ???

D’un autre coté, il y a ceux qui appellent à l’arrêt des manifestations et la concentration sur le développement économique du pays qui s’est sérieusement endommagé à cause des manifestations et ce depuis la révolution.

Ces derniers, sont eux qui ont chassé ZABA le 14 Janvier et ont demandé la poursuite légale du clan ZABA et qu’ils n’accepteront jamais une personne du RCD au gouvernement. Mais l'RCD existe encore dans cette gouvernement et on supporte Ghanouchi quand même.

Je ne vais pas dire qui a raison et qui a tort mais simplement « BHEMA DEGAGE »

Publié dans réalité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article